Le vice-bâtonnat : une insulte à l’intelligence

Vous l’avez probablement remarqué : je me présente seul à vos suffrages.

Sans l’appui ou la béquille d’un Vice-bâtonnier.

Je sais : je me prive d’un précieux outil de ratissage électoral.

Je dénonce cette pseudo-institution depuis son instauration. J’en propose, avec constance, la suppression. Elle perturbe la gouvernance du Barreau. Et ne sert au final qu’à permettre l’élection des bâtonniers en cumulant les réseaux du candidat au bâtonnat et ceux de son partenaire.

Une fonction inutile …

Le vice-bâtonnat est une invention récente (2010). La fonction est inutile et creuse.

Le vice-bâtonnier n’a d’autres pouvoirs que ceux que le Bâtonnier veut bien lui déléguer.

Comme l’avait pertinemment relevé le Bâtonnier Vatier, « il y a dans le concept du vice-bâtonnier élu dans le cadre d’un ticket un vice profond et irréductible susceptible de perturber gravement la gouvernance du barreau ».

S’il s’agit de se faire seconder, ou représenter, le Bâtonnier peut donner délégation à des membres du Conseil.

Nombre d’entre eux seraient honorés d’exercer ce rôle, et de le faire gracieusement. Ils ont toute légitimité pour le faire, élus au même suffrage universel que le Bâtonnier. De plus, celui-ci, outre le secrétariat général, dispose d’un cabinet pour l’épauler et le décharger de ses tâches.

Pour avoir siégé de 2010 à 2012 au Conseil de l’ordre, j’ai vécu de près l’échec de cette expérience, dès sa deuxième édition. La bâtonnière avait alors, du jour au lendemain, retiré toutes ses délégations à son vice-bâtonnier dès le début de son mandat, sans oser pour autant le priver de ses émoluments.

Qui fausse le processus électoral

Les textes ont eu la sagesse de pas imposer aux candidats  le tandem pour se présenter au Bâtonnat.

Les quatre derniers bâtonniers se sont tous adjoint un coéquipier ou une coéquipière pour se faire élire. Pour compenser, parfois, un déficit de notoriété. Pour démultiplier les soutiens. Partager, et, le cas échéant, le coût des festivités et des prestations des agences de communication.

Le Bâtonnier Vatier, encore : « Le ticket agrandit seulement le prisme du candidat au bâtonnat qui va chercher à s’entourer d’une personnalité complémentaire à la sienne. Si le vice-bâtonnier favorise la campagne du candidat au bâtonnat, il n’améliore pas, bien au contraire, les règles de gouvernance ».

Trois de mes compétiteurs font équipe avec un vice-bâtonnier. Ils commentent, à longueur d’interviews et de vidéos, les conditions de leur rencontre (forcément ancienne), l’affection qu’ils se portent, la complémentarité de leurs profils et de leurs engagements. Un festival d’hypocrisie qui ne trompe plus personne.

Loin d’une alchimie subtile de personnalités et de compétences, la composition de ces tandems obéit à des calculs nettement plus prosaïques : l’agrégation des soutiens, l’addition des réseaux et le cumul des potentiels de voix.

J’y vois une tromperie. Une ruse : grossière autant que déloyale. Une insulte à l’intelligence des avocats-électeurs.

Si d’aventure, le vice-bâtonnat devait se pérenniser, il conviendrait alors d’adapter les modalités du vote pour atténuer les effets d’un procédé qui biaise le processus électoral.

En imposant, par exemple,  un « malus » de voix à ceux qui persisteraient à concourir en binôme. Ou inversement en accordant un « bonus » à l’avantage de ceux qui auraient la dignité de concourir seuls. 

Si l’on devait juger l’existence du vice-bâtonnier absolument nécessaire au bon fonctionnement de nos instances, la logique et le respect des électeurs devraient conduire à dissocier l’élection du candidat et de son partenaire. Cette séparation (directement inspirée de l’unbundling pratiqué en droit de la concurrence) imposerait à l’un comme à l’autre d’être élu pour ses mérites propres. En somme, il serait organisé  de façon distincte une triple  élection : l’élection au conseil, celle du bâtonnier, celle du vice-bâtonnier.

Vous l’aurez compris. J’aspire, à devenir Bâtonnier. Mais loyalement. Honnêtement. Et sans renier mes convictions.

Laisser un commentaire