Mes engagements

 

 

Train de vie de l’Ordre et finances du Barreau parisien
  • Je diviserai par trois ma rémunération pendant les deux ans de mon mandat
  • Je réduirai drastiquement le train de vie du Conseil de l’Ordre
  • Je soumettrai à appels à candidatures le recrutement des chargés de mission dont les derniers Bâtonniers se sont entourés sans compter
  • Je renoncerai aux attributions quasi-féodales du bâtonnier, notamment à l’usage détestable consistant à distribuer discrétionnairement avantages, postes et décorations.
Discipline et déontologie
  • Je serai intransigeant quant à l’impartialité des procédures disciplinaires.
  • Je renoncerai à exercer la fonction d’autorité de poursuite. Le bâtonnier de l’ordre ne saurait être à la fois le confident naturel de ses confrères et leur accusateur public.
Démocratie ordinale
  • Je ferai abolir le vice-bâtonnat, inutile et dispendieux.
  • Je soumettrai à référendum les orientations qui engagent l’avenir de notre profession.
  • J’améliorerai la transparence des comptes de l’Ordre afin que tous les avocats prennent la mesure à la fois des économies qui sont possibles et des marges de manœuvre financières dont l’Ordre dispose pour réorienter son action au bénéfice de la grande majorité des avocats.
  • Je mettrai tout en œuvre pour rendre le Conseil de l’ordre plus représentatif du barreau d’aujourd’hui. Sans oublier les 1 589 avocats honoraires : électeurs et chevronnés, ils ne sont toujours pas représentés au Conseil. Je réitère ici mon engagement d’accélérer l’inéluctable abrogation des dispositions discriminatoires de l’article 8 du décret du 27 novembre 1991.
Collaboration
  • Je ferai respecter le statut de collaborateur libéral.Sans attendre que l’Urssaf ne s’en charge. Je renforcerai l’observation des cabinets qui reviennent régulièrement devant la Commission « Difficultés d’Exercice en Collaboration » ou la « Commission Requalification », ainsi que ceux dans lesquels l’Ordre constate un turnover inhabituel. Je ne tolérerai ni abus ni dérives.
Numérique
  • Je ferai de la transition numérique du Barreau parisien une de mes priorités. Je renforcerai les moyens de l’incubateur : à la fois, observatoire des innovations et des Legal techs, lieu de rencontre et de formation pour accompagner les cabinets et show room où les avocats pourront découvrir les solutions innovantes proposées par les Legal techs.
  • Je mettrai en place une procédure de labellisation pour les Legal Techs pour stimuler les démarches innovantes tout en veillant à ce qu’elles respectent le cadre légal
Equité et solidarité
  • J’affecterai les économies réalisées aux divers mécanismes solidarité et de soutien à l’accès au droit
  • J’inscrirai à l’ordre du jour une refonte de l’actuel régime de cotisations : exonération de cotisations à l’ordre pour les confrères dont le revenu annuel n’atteint pas 36 000 €, progressivité des cotisations au CNB et à la RCP.
  • La répartition uniforme de l’assurance professionnelle (RCP), quelle que soit l’ancienneté ou la taille de la structure, est inéquitable. Je relancerai le débat sur la pondération de la RCP en fonction du chiffre d’affaires.
  • Je veillerai personnellement à éviter les dérives des contrôles de comptabilité (article 17.9°) et à en garantir la proportionnalité.
Palais de justice et Maison des avocats
  • A défaut de stopper le projet pharaonique de Maison de l’ordre des Avocats (MODA), j’en ferai un véritable outil de travail pour les avocats.
  • Les avocats ne sauraient être personae non gratae dans la future Cité judiciaire aux Batignolles. Sans sous-estimer les contraintes de sécurité, je veillerai à ce que, évidemment, ils puissent accéder aux étages et aux juges.

Je suis le seul (à ce jour), parmi les candidats, à prendre des engagements précis sur la manière dont j’entends exercer les fonctions de bâtonnier (Voir Charte des engagements).

Si vous jugez ces propositions dignes d’intérêt, permettez-moi de les mettre en œuvre. A défaut, elles finiront par l’être, mais, comme d’habitude, sous une forme édulcorée et tardive.